Patrimoine industriel de Mayotte - Derniers posts

Dans le temps, à Dzoumogne vivaient des gens qui, dans l'agriculture, travaillaient la canne à sucre. Parmi ces personnes, il y avait des gens de la commune de M'tsamboro. Ils ont récolté les cannes et ils ont produit cinq tonnes de sucre. Ils ont partagé le sucre entre les communes de Tsigoni, Bandraboua, Acoua et M'tsamboro. Deux tonnes pour la commune de M'tsamboro, une tonne pour les autres.


Deux tonnes n'étaient pas suffisantes pour la population. Les villageois ont donc donné deux sacs de sucre au chef du village et ils lui ont demandé de trouver une solution.


Le chef du village a décidé, avec ses soldats, de renverser le sucre dans la rivière qui passe dans le quartier M'joukoura.
Le sucre mélangé à l'eau de la rivière fournirait suffisamment d'eau sucrée à tous les villageois ! Le chef a fait appel aux villageois. Les habitants de quelques quartiers étaient du partage et s'installaient sur la rivière pour goûter.


Cependant tous les habitants n'en ont pas profité, car le chef du village avait oublié les autres quartiers.
Ce qui fait que l'histoire est devenue une légende à Mayotte : les gens de M'tsamboro ont maintenant la réputation de consommer beaucoup de sucre.

PAPASS T.H.R Lycée professionnel de Kawéni, Mamoudzou, Mayotte
 

Avec l'aimable autorisation du webmaster : http://pbmedias.free.fr/ville/kaweni-lp_france/kaweni-lp_le-sucre-a-mtsamboro.htm

Source Gallica.fr

Ce mode d'emploi et ce plan correspondent approximativement à la batterie installée sur le site de Soulou

 

 

 
 
jeudi, 04 décembre 2014 10:16

Brissonneau & Lotz

Écrit par

Brissonneau & Lotz Historique


En 1837, Etienne Lotz (1818-) et Paul-Henri Renaud (1818-) fondent une entreprise de mécanique qui connaît rapidement un beau succès. En 1849, ils sont les premiers dans l’Ouest à fabriquer des locomotives et deviennent les principaux fabricants de machines à vapeur agricoles.
En 1841 : Mathurin (1814-1897) et Joseph (1817-1900) Brissonneau créent l’entreprise de construction mécanique Brissonneau à Nantes, rue du Chapeau Rouge. Ces deux fous de mécaniques, originaires du Pellerin travaillent à l’époque pour l’industrie sucrière et la construction navale. Ils améliorent notamment la machine de Wetzel.

 

Lire la suite sur le site http://fccdf.free.fr/

Domaine sucrier de SOULOU
Inventaire après décès de Jean Baptiste AGUIER
Septembre 1880

Source "Archives de Mayotte , transcription A.Lebel"

Inventaire fait à la demande de Hilaire Gabriel BRIDET, directeur de la Banque de la Réunion, exécuteur testamentaire, représenté à Mayotte par Denis Gabriel Ferry de Bellemare, propriétaire de l’établissement de Longoni.


JB Aguier, propriétaire du domaine de SOULOU est décédé le 1er août 1880 à La Réunion.
Amélie AGUIER, Veuve de Joseph de Villeneuve Champierre, demeurant à La Réunion, légataire universelle de son défunt frère, représentée par Charles NOTAISE, directeur de l’établissement de Dzoumogné. Elle accepte la succession sous bénéfice d’inventaire.

Le notaire LANZERAC se rend à la sucrerie de SOULOU, troisième quartier.

Directeur de l’établissement de SOULOU : Albert ROUTIER de GRANDVAL

Page 4 sur 8