dimanche, 18 janvier 2015 22:04

A Hajangua, l’usine sucrière dévoile son âme

Écrit par
Profile

Lorsqu’on pose un pied au milieu des ruines, on a l’impression d’un réveil à la Belle au bois dormant. La végétation a poussé, mais beaucoup de matériel est encore sur le site. Un pan de l’histoire de Mayotte qui attend de connaître sa destinée.

La grande descente vers Hajangua est connue de tous les automobilistes : l’un des seuls passage de Mayotte où la route est dégagée et en bonne état… Le panorama y est, depuis peu, avantageusement dégagé et offre une surprise : l’usine sucrière dresse ses trois cheminées, débarrassée de la végétation qui ne laissait auparavant entrevoir qu’un ensemble de pierres.

Bâtie en 1848, l’usine sucrière d’Hajangua fait partie des grosses exploitations pour notre petite île avec une superficie plantée de 99 hectares tel que le chiffre le recueil « Mayotte et la canne à sucre au 19ème siècle, un espoir déçu ».

Lire la suite sur le site du Journal de Mayotte

 

samedi, 17 janvier 2015 19:45

Description d'un moulin à cannes Cail

Écrit par

Première étape du processus de fabrication 

Source : in "La Propagation industrielle : revue des arts et des manufactures.... 1868/01/01"



Ce moulin, qui est représenté en perspective dans la fig. 17, est à trois cylindres horizontaux de 0m,600 de diamètre et 1m,300 de longueur; il est desservi par une machine horizontale de la force de 20 chevaux et peut broyer, en 24 heures, environ 150,000 kilog. de cannes.
Comme système, ce moulin ne présente pas précisément de nouveauté, si ce n’est dans les dispositions de détails qui ont été prises pour rendre cet instrument capable de résister aux plus fortes pressions et pour obtenir ainsi de la canne la plus grande quantité possible de jus.


La maison Cail est la première qui ait réduit la vitesse de rotation des cylindres des moulins à cannes, et l’ait amenée de 6 et 8 tours par minute à 1 tour 1/2 et 2 tours au plus, vitesse généralement adoptée aujourd’hui par tous les constructeurs.
Les ouvertures, pratiquées de chaque côté des bâtis pour permettre la sortie facile des cylindres inférieurs, sont fermées par des entretoises en fer, solidement encastrées de chaque coté dans la masse des bâtis; ces entretoises répartissent les efforts d’une manière rationnelle et garantissent contre les ruptures auxquelles ces sortes d’appareils sont ordinairement sujets.

"Steam engine in action" by User:Panther - Own work; Drawn using Corel Draw! & Image Ready. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons -

 Principe de fonctionnement d'un piston de machine à vapeur

 

Page 3 sur 8