Patrimoine industriel de Mayotte - Derniers posts

 

Extrait résumé de la " Publication industrielle des machines, outils et appareils les plus perfectionnés et les plus récents employés dans les différentes branches de l'industrie française et étrangère "par Armangaud aîné. Source gallica.bnf.fr (BNF)

Le rédacteur du site ne peut être tenu responsable de la terminologie et du vocabulaire employés dans ces extraits

"La fabrication du sucre de canne s’est sensiblement modifiée depuis quelques années  Des constructeurs habiles ont su apporter dans l’instal­lation des appareils qu’ils y appliquent, des améliorations notables qui ont permis d’obtenir un plus grand rendement, tout en diminuant la main-d’œuvre."

La création d'énergie.

"La machine à vapeur qui est de la force nominale de 16 chevaux, mais pouvant faire aisément 20 chevaux, est du système horizontal à haute pression, avec détente variable, comme on le fait le plus généralement aujourd’hui. Cette disposition, (...) est plus économique de construction, plus facile à conduire, et exige beaucoup moins de fondation que celle des ma­chines à balancier. Elle se prête d’ailleurs aisément à la transmission de mouvement, à la surveillance et aux réparations(...)"

samedi, 26 octobre 2013 00:00

Les hydro-extracteurs ou turbines à sucre

Écrit par

 

En 1844, M Penzoldt met au point les premiers hydro-extracteurs (l’ancêtre de l'essoreuse), il rencontre d’énormes difficultés financières pour produire en grande série ce type d’appareil et s’associe donc à Monsieur ROHLFS (« Fabricant de petits articles de Paris »). Tous deux réfléchirent a d’autres applications qu’ils pouvaient donner à de telles machines et c’est ainsi qu’il proposèrent les premières turbines aux féculeries,amidonnerie et pour les fabriques de sucre.

samedi, 26 octobre 2013 00:00

Défibreuse à sisal (modèle KRUPP CORONA 2 b)

Écrit par

Situé à M'roale sur la commune de Combani, le "moulin à sisal" mû par son moteur à gazogène est l'une des curiosités industrielles de MAYOTTE, en effet c'est le premier site qui atteste du passage de la machine à vapeur au moteur à gaz pauvre.

Ce site est constitué d'une défibreuse KRUPP-CORONA 2b accouplée à deux moteurs mono-cylindre SFV, alimentés par une chaudière à gaz pauvre également produite par la Société Française de Vierzon.

Elle fut inaugurée en mars 1937 et cessa son activité dans les années cinquante.

 

 

Cliquer sur l'image pour accéder à l'archive

 

Inauguration à Mayotte d'une usine de Défibrage de Sisal L'usine de défibrage de sisal créée par La Société Coloniale de Bambao sur son domaine de Combani, à Mayotte et dotée d'un matériel moderne , vient d'étre inaugurée.

 

 

 

Traitement de la fibre de Sisal au TOGO (1923)

Les feuilles de sisal épointées au moment de la cueillette sont amenées par wagonnets au pied de la Corona. Elles sont remises par paquets à un élévateur qui les dépose sur des courroies sans fin, où elles sont réparties uniformément à la main, et conduites au premier batteur de la Corona. Les feuilles sont travaillées sous un petit filet d'eau sur une première moitié, elles passent automatiquement au deuxième batteur qui acheve le défibrage.

Les paquets de fibres sont envoyés au lavage dans des bassins, puis au séchoir en plein air.

Elles vont ensuite à l'atelier des brosses où elles sont peignées et débarrassées des poussières et des fragments de fibres

Elles passent ensuite à la presse par lots de 200 kilogs nets et sont mises en balles analogues de forme à celles de coton. La pression exercée ne dépasse pas 200 kilos.

IN Bulletin de matières grasses, Institut français d'outre-mer, 1923

 

Voir aussi : L'Agriculture pratique des pays chauds : bulletin du Jardin colonial et des jardins d'essai des colonies françaises 

Le sisal dans les comores :

 

 

Accéder a l'album photo 

 

 

 
 
Page 8 sur 8