lundi, 11 novembre 2013 00:00

Processus de fabrication du sucre à la fin du XIXe siècle (De la batterie Adrienne à la batterie de Gimart)

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

 

Troisième étape du processus de fabrication

Extrait résumé de la “ Publication industrielle des machines, outils et appareils les plus perfectionnés et les plus récents employés dans les différentes branches de l’industrie française et étrangère “par Armangaud aîné. Source gallica.bnf.fr (BNF)

 

Le rédacteur du site ne peut être tenu responsable de la terminologie et du vocabulaire employés dans ces extraits.

LA BATTERIE DE GIMART

Aussitôt après la défécation, les écumes étant enlevées, on fait écouler le jus par le tuyau, qui, passant au-dessous de chaque chaudière, se prolonge jusqu'en dehors du bâtiment principal de l'usine, pour l'amener dans les chaudières d'évaporation.

Dans la plupart des sucreries coloniales, ces chaudières étaient encore, jusqu'à ces dernières années, formées d'un équipage de grandes bassines hémisphériques en fonte, de différentes dimensions, et que l'on distinguait par la propre, celle qui recevait le jus déféqué, par le flambeau, où l'on reconnaissait à la couleur et à la limpidité du liquide si la défécation était complète. Puis le jus passait dans la bassine nommée sirop, où il continuait à se concentrer en prenant une consistance sirupeuse, et ensuite on le versait dans la chaudière appelée batterie, à cause du bruit que faisait l'ébullition du sirop en approchant du degré de cuite, terme de l'évaporation.

 

 

 

Les bassines de la batterie Adrienne (Site de Mirereni, Mayotte)
 

Cet équipage, qui dépensait beaucoup de combustible, et qui ne permettait pas d'opérer avec une grande régularité, est remplacé généralement aujourd'hui par le système connu sous le nom de batterie Gimart, lequel est composé d'une suite de chaudières rectangulaires J, en tôle ou en cuivre, disposées comme le montre la coupe longitudinale (fig. 7), au-dessus d'un long fourneau K, dont le foyer est alimenté avec de la bagasse provenant des cannes écrasées au moulin.

Batterie de Gimart (Type BRISSONNEAU) Ce plan correspond a 10 cm prés à la batterie installée sur le site d'Ajangua

Cette disposition  a l'avantage de faciliter beaucoup l'écumage et les transvasements, elle n'occupe pas moins de 16 mètres de longueur totale, sur lm25 à lm30 de largeur; les cannes développant de très-longues flammes, on comprend que l'on ait intérêt à présenter ainsi de grandes surfaces de chauffe; elle ne forme en quelque sorte qu'une seule et même Chaudière à fond de gouttière, et séparée, tous les deux mètres, par des cloisons verticales, à la partie inférieure desquelles sont appliquées des soupapes p, qui permettent d'établir au besoin la communication d'un compartiment avec son voisin. 
Tout le système est surmonté d'une hausse J' élargie à 2 mètres, comme on le voit sur la coupe transversale fig. 8, et mieux sur le détail fig. 9, afin de former de larges rigoles qui ramènent les liquides à la chaudière, et d'éviter ainsi les déperditions qui auraient lieu par suite du débordement accidentel des jus.

Les soupapes p sont à ressort et à levier, ainsi que l'indique la fig. 10 dessinée au dixième d'exécution. Le levier se prolonge jusqu'au dehors de la chaudière, en se terminant par une poignée, afin d'être à la portée de la main des ouvriers.

La grille du foyer K', dans lequel on jette la bagasse, est rendue mobile au besoin à l'aide d'une manivelle extérieure, afin de faire tomber les cendres et de dégager les barreaux. Gomme la flamme se prolonge sur une très-grande étendue, on a eu le soin de ménager, dans la longueur du fourneau qu'elle parcourt, plusieurs canaux ou conduits q, qui donnent entrée à l'air atmosphérique pour activer la combustion.

 

Foyer de la batterie de Gimart ( Site d'Ajangua)

On reconnaît, par le plan général, fig. 2e, et par la section longitudinale, fig. 7, que l'arrivée du jus déféqué a lieu par l'extrémité opposée au foyer, afin qu'en passant successivement d'une capacité à l'autre de la batterie, il rencontre sans cesse des surfaces plus chaudes.

Plusieurs ingénieurs et fabricants habiles ont apporté récemment des améliorations sensibles dans la construction de ces appareils évaporatoires. Ainsi, M. de Villeneuve, qui possède à l'île Bourbon une habitation importante, a imaginé de remplacer le fond uni et légèrement convexe de la batterie Gimart, par un fond ondulé, c'est-à-dire que les feuilles de métal qui composent la base de la chaudière sont contournées en cannelures, comme pour les toitures en tôle ou en zinc (1), de manière à former dans le même espace une surface de chauffe notablement plus grande. Cette disposition est connue aujourd'hui sous le nom de batterie rayée.

On a aussi proposé, pour rendre plus économique encore le mode de chauffage, de faire passer au delà de la chaudière le courant de flamme dans un grand nombre de tubes entourés d'eau, afin d'utiliser le calorique à produire de la vapeur ou au moins à chauffer l'eau d'alimentation des générateurs.

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lu 871 fois Dernière modification le samedi, 20 juin 2015 14:29