Dzoumogne

Dzoumogne (3)

Dzoumogné est l'usine sucrière qui a eu la plus grande longévité : elle n'a été définitivement fermée qu'en 1955. Il n'en subsiste cependant que peu de choses, car sur le site de l'usine a été construit le collège, à la fin des années 1980.On peut encore voir la cheminée à plan carré (à l'intérieur du collège), une machine à vapeur mobile (juste devant le collège) et plusieurs éléments de machines dont plusieurs rouleaux de moulins à canne.Comme dans les autres sites sucriers de l'île, l'exportation du sucre se faisait par mer. A près de 1500 m de l'usine, le terminal d'embarquement est encore facile à identifier : le quai d'embarquement, l'entrepôt, la bouée d'amarrage des navires et les restes d'une voie ferrée.

Il y a quelques années ,Philippe Delaygues, (numismate vivant à la REUNION) m'envoyait le document ci dessous.


Il s'agit de jetons destinés a controler la paye des ouvriers sur les sites sucriers.
Je sais qu'ils étaient utilisés aussi comme monnaie auprés des magasins appartenant aux propriétaires des usines , cette monnaie "tournant" ainsi en circuit fermé !!!!

Je n'ai pas trouvé d'archive(s) a propos de ces jetons, si un de nos lecteurs en posséde une elle sera la bienvenue.

 

 

"MONNAIES ET JETONS DES COLONIES FRANçAISES", Jean LECOMPTE, éditions Victor Gadoury, 2007
classés à COMORES, page 241


Encore merci à PHILIPPE

Dans le temps, à Dzoumogne vivaient des gens qui, dans l'agriculture, travaillaient la canne à sucre. Parmi ces personnes, il y avait des gens de la commune de M'tsamboro. Ils ont récolté les cannes et ils ont produit cinq tonnes de sucre. Ils ont partagé le sucre entre les communes de Tsigoni, Bandraboua, Acoua et M'tsamboro. Deux tonnes pour la commune de M'tsamboro, une tonne pour les autres.


Deux tonnes n'étaient pas suffisantes pour la population. Les villageois ont donc donné deux sacs de sucre au chef du village et ils lui ont demandé de trouver une solution.


Le chef du village a décidé, avec ses soldats, de renverser le sucre dans la rivière qui passe dans le quartier M'joukoura.
Le sucre mélangé à l'eau de la rivière fournirait suffisamment d'eau sucrée à tous les villageois ! Le chef a fait appel aux villageois. Les habitants de quelques quartiers étaient du partage et s'installaient sur la rivière pour goûter.


Cependant tous les habitants n'en ont pas profité, car le chef du village avait oublié les autres quartiers.
Ce qui fait que l'histoire est devenue une légende à Mayotte : les gens de M'tsamboro ont maintenant la réputation de consommer beaucoup de sucre.

PAPASS T.H.R Lycée professionnel de Kawéni, Mamoudzou, Mayotte
 

Avec l'aimable autorisation du webmaster : http://pbmedias.free.fr/ville/kaweni-lp_france/kaweni-lp_le-sucre-a-mtsamboro.htm

samedi, 28 juin 2014 00:00

Dzoumogne hier et aujourd'hui

Écrit par

Hier : une photographie présentée à l'exposition universelle de 1900

dzoumognehier.jpg