Techniques les derniers posts

Huitième étape du processus de fabrication

Extrait résumé de la “ Publication industrielle des machines, outils et appareils les plus perfectionnés et les plus récents employés dans les différentes branches de l’industrie française et étrangère “par Armangaud aîné. Source gallica.bnf.fr (BNF)

Le rédacteur du site ne peut être tenu responsable de la terminologie et du vocabulaire employés dans ces extraits.

APPAREILS CENTRIFUGES.
 
Profile
Nous avons peu de chose à dire sur la construction de ces ingénieux appareils, qui sont aujourd'hui bien connus, et qui ont été ailleurs décrits avec beaucoup de détail, d'une part, dans le XI e volume de ce Recueil, qui en fait bien voir l'origine et les premières applications au séchage des tissus (1), et en second lieu dans le xie volume, qui, en montrant le mode d'exécution adopté par la maison Cail et Cie et par d'autres constructeurs, démontre les nombreuses etnouvelles applications que l'on peut en faire dans une foule d'industries. Le 1er volume du Génie industriel a donné également un historique complet sur les divers emplois de ces appareils et a fait connaître les inventeurs qui s'en sont occupés.
 
dimanche, 05 juillet 2015 18:46

TIROIR DISTRIBUTEUR de MOTEUR A VAPEUR

Écrit par

Deux petits photo-montages pour vous permettre d'identifier ce que vous pouvez rencontrer sur les anciens sites industriels de MAYOTTE.
 

 

 

 
 

Extrait de l'encyclopédie consacrée au sucre et à sa fabrication au XVIII éme siècle

Profilein "Encyclopédie méthodique. Arts et métiers mécaniques" 
Auteur : Lacombe, Jacques (1724-1811)

Éditeur : Panckoucke (Paris)

Date d'édition : 1782-1791

 

 

In  : "Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 1."

 

Chaudières. — Dans les premières machines à vapeur, c’est-à-dire dans celles de Savery et de Newcomen, on donnait à la chaudière une forme demi-sphérique.

Source :http://wbraga.usuarios.rdc.puc-rio.br/fentran/termo/hist4.htm 

 

Comme à cette époque la crainte de l’explosion préoccupait avant tout, cette forme avait été choisie comme offrant le plus de résistance à la pression de la vapeur. Mais plus tard, quand la crainte du danger s’affaiblit par l’habitude ; lorsque l’expérience eut fait connaître la résistance précise offertepar un métal à une épaisseur donnée, on abandonna la forme sphérique, qui, à volume égal, offre le moins de surface. Les chaudières de Watt, communément appelées chaudières prismatiques ou à tombeau, étaient concaves par le fond, cylindriques à la partie supérieure, et verticales sur les côtés. Watt avait adopté la forme concave pour la partie inférieure de ses chaudières, parce qu’il pouvait ainsi augmenter l’étendue de la surface soumise à Faction du feu. Ces sortes de chaudières sont encore employées quelquefois aujourd’hui, lorsque la tension de la vapeur ne doit pas dépasser deux atmosphères.

Page 1 sur 3